Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bruno

PBP- De Fougeres à St Quentin

27 Août 2015 , Rédigé par Bruno Publié dans #saison 2015

Je vais donc voir un bénévole au contrôle pour savoir comment rentrer en train.

Ben il y a un car qui part vers 7h00 jusqu'à Laval puis le TGV.

La navette devrait bientôt partir mais il y en a d'autre vers 10h. Il faudrait aller demander au bureau ils ont les horaires précis. Sinon il y a l'option que certains prennent de rentrer avec une assistance mais ce sera au rythme de l'assistance.

Bon je vais encore réfléchir un peu. Merci

C'est vachement compliqué d'abandonner et l'option TGV ne  me branche pas trop dès fois qu'une fois sur place ils ne veulent pas de mon vélo.

Je réfléchi encore un peu et je tombe sur Jean Louis qui guette les rubans à ce contrôle.

Je lui fait part de ma grosse fatigue et après quelques instants ayant vu une place libre au fond je décide d'aller me recoucher :)

C'est reparti pour 1h ou un peu plus et cette fois j'ai peut être entendu quelques ronflements lorsque j'étais sur le dos.

Au réveil comme c'est trop compliqué d'abandonner ici je vais continuer un peu. Sur ce coup j'ai testé  "l'inutilité" de l'assistance car si j'en avais eu une c'est sur je m'arrêtais là alors que tout seul la solution la moins galère pour moi à ce moment est de continuer.

La sortie de Fougères est un peu dure mais ca je l'avais repéré à l'aller qu'on allait repartir en bosse mais ensuite on va arriver sur des routes plus connues avec le 600 de Montigny et je sais que cela sera assez tranquille jusqu'à Villaines.

Une première petite pause pour un strep tease sauvage pour retirer une couche et ca repart.

La bête sauvage qui est en moi commence à se réveiller doucement mais dans l'éventail des bêtes sauvages je suis encore plus proche du paresseux que du fauve affamé et agressif.

Sur le plat j'arrive à tourner vers 24 ou 25km/h mais dès que cela monte soit j'attaque de suite et 15s après je suis rappelé à l'odre par 2 grosses brulures à chaque cuisse soit je met de suite plus à gauche, et le triple à partir de 4,48%, et je gère la montée comme les autres autour de moi.

Le prochain objectif est vers Levare où je sais qu'un stand d'un habitant est sur place d'après ce qu'il nous a annoncé sur le forum.

A un moment je vois un truc et je m'arrête.

Ce n'est pas le stand de Levare mais un autre très célèbre de PBP dont je fais la connaissance.

Je suis en effet arrêté à la tannière et le principe de la pause est simple.

Il faut prendre un ticket avec l'adresse et ensuite envoyer une carte postale.

La mienne sera surement moins dépaysante dans le tableau mondial

Et en échange du ticket il y a quelques collations qui valaient un arrêt.

Et de 3!!!

Un des bénévoles de service repère le nom de Verneuil sur mon maillot et me dit que je ne vais pas passer bien loin. Effectivement on va passer à côté de mon camp de base normand mais cela n'est pas pour tout de suite.

Je repars en étant bien content d'avoir fait un bout de chemin supplémentaire.

Je vais faire un bon bout de route avec 2 vélomobiles et on se doublera régulièrement selon le profil du terrain.

A Ambrières les vallées comme j'ai du temps à perdre je vais faire une pause photos.

Cela vallait bien un arrêt.

 

Je savais pas que nainvert était dans le coin mais c'est bien son vélo

Je reprend la route tranquille et je devrai encore faire une pause avant le Ribay pour boire un coup dans un stand au bord de la route.

A un moment on m'interpelle.

Le temps de brancher le cerveau car le gars semble me reconnaitre et je comprend que c'est le serbe de cette nuit. Je crois qu'il me dit que j'avais l'air en vrac cette nuit alors qu'à ce moment là je me sentais bien et je n'étais pas plus en vrac que mes compagnons du moment :)

Puis c'est la traversée du Ribay et la descente sur hardanges qui passe quand même mieux de jour que de nuit. On ne roule pas beaucoup plus vite avec le revêtement mais on y voie mieux.

En bas au stop c'est plein de monde mais une voiture aura la gentillesse de me laisser passer. Ca à l'air d'une équipe de club avec plein de porte vélo et le gars encourage ensuite tous les randonneurs.

A la lecture du compteur on approche de Villaines la Juhel

Et  c'est l'entrée en ville avec une rue beaucoup plus peuplée que lors de mes différents passages nocturnes au mois de juin.

Comme de temps en temps j'ai peut être enguelé quelques gamins en leur disant que je n'entendais rien à leur encouragements :)

L'ambiance rebooste.

Je vais croiser Cyclaudax qui guette le ruban blanc ici puis pointage à 12h28 (9h19 en 2011)

Ensuite direction le restau et je double tout le mode dans la file d'attente. En fait c'est tout plein d'accompagnants qui font la queue mais nous avons la priorité en étant déguisé en cycliste donc je ne me gêne pas et je rempli le plateau avec un peu de tout.

Passage à la caisse et un gamin local me propose de tout porter. Je lui signale que c'est lourd et je me fais limite engueuler car c'est un costaud :)

Le temps de payer et c'est à moi de l'engueuler car monsieur discute et drague la caissière alors que j'attend qu'il me porte le plateau.

non mais !!!

 

Je mange à côté de 2 italiens mais ils sont globalement calmes.

A un moment les bénévoles débarassant les plateaux viennent de s'apercevoir qu'un des  2 italiens venait de laisser tous ses papiers en partant. Ils viennent juste de partir mais je ne sais pas quand exactement. Mes voisins de table, 2 français, les voient au loin en train de parler avec les mains à leur collègues et tout rentrera dans l'ordre.

L'arrivée n'est plus trop loin ou presque

C'est reparti est cela chauffe en ce début d'apm

Comme cela fait un moment que je n'ai pas dormi je vais m'accorder une petite sieste à l'ombre.

Toutes les feignasses dorment un peu

 

Je serai contraint de me lever par manque d'ombre et je réveille la feignasse.

vu comme cela le vélo à l'air chargé mais en fait il est plus légéer que sur les BRM car les sacoches sont quasi vides.

C'est reparti

J'aurai bien dormi un peu plus mais j'étais attaqué par des bêtes. Les jambes tournent globalement bien pour des jambes ayant 1000km d'échauffement mais j'ai un gros manque d'énergie. Le retard de sommeil accumulé les semaines précédentes ayant perturbé ma préparation se fait sentir mais j'ai quand même une meilleure forme qu'à l'ardéchoise :)

Cette portion entre Villaine et le fresany est mieux dans ce sens qu'à l'aller.

3 ème fois de l'année que je vois ce panneau dans ce sens

Sur le 600 j'ai du arriver par la gauche lors de mon 1/2 tour :)

On a passé le fresnay et la petite ligne droite va commencer

Je pense au prochain barbecue de ce week end et certain devraient se méfier car je pourrai prendre un peu d'avance sur la côte de beouf qui sera au menu

Le paysage ne changera pas trop pendant 10 à 15km

Il va bientôt falloir commencer à freiner

Encore une pause habitant dans cette zone mais j'ai failli devoir repartir car ils pensaient devoir travailler leur anglais et je le cause mal :)

Nouvelle pause à Mamers ou le club local offre le ravitaillement

Pour moi cela sera soupe et patisserie.

Il n'y a pas que les vélos qui sont high tech ici

Le ravito de Mamers c'est bien mais le pb c'est que le centre ville est au fond d'un trou et qu'il faut ensuite en ressortir.

Direction Mortagne où je ferai une pause en cours de route pour discuter avec les motards de l'ANEC se reposant aussi. Leur ballade doit laisser aussi pas mal d'énergie en route.

Mortagne s'annonce mais il faudra aller au fond de la vallée et remonter de l'autre côté

Je pointe à 18h26 (13h53 en 2011) et cette année je ne devrai pas voir les copains de club sur la prochaine portion vu mon heure d'arrivée.

Soupe, Jambon braisé et riz seront au menu.

Brigitte est à Mamers en recup aussi  à ce moment là.

Tirage de portrait

Je ne vais pas repartir de suite car direction le dortoir car cela fait longtemps que je n'ai pas dormi et gros dodo pendant 2h30

au réveil je pête la forme

Je vais reprendre le vélo et j'entend papoter et je tombe sur Sev. Elle est un peu surprise de me voir ici et j'ai droit à une bise  malgré l'odeur qu'elle me dit. Ensuite elle trouve que j'ai les traits tirés mais c'est parce que je sors du lit.

Donc si je résume en 30s elle vient de me dire que je puais et que j'avais une salle geule donc je m'en vais :)

Si j'ai dormi un peu c'est pour emmagasiner de l'energie avant la dernière portion vallonée Mortagne-longny. Le dimanche précédent j'avais tout fait sur la plaque mais aujourd'hui c'est pas sur que je le fasse :)

En fait c'est pas dur.

3 petits talus où je ne mettrai même pas le triple et 3 cotes plus longues à 5% max. je vais avaler cela sans problème et surement plus vite que lors du 600 du mois de juin.

Ensuite le vélo connait la route. La cote pour sortir de longny passe bien et après je ne m'affole pas dans la suivante car je sais que c'est la dernière du moment. Sur le  plat je  remet la plaque direction Dreux.

A Senonches cela fait longtemps que je n'ai pas dormi mais lors de mon repérage du 14juillet j'avais repéré un abri de bus donc j'y vais direct. Il doit être après le rond point mais après le rond point il n'est plus là et me voila sorti de la ville (:

Je ne vais quand même pas pédaler comme cela jusqu'à Dreux.

Le mur du cimetière fera l'affaire pour poser le vélo et je m'endors en 30s sur un lit de graviers :)

A peu près 30min ou plus et c'est reparti mais cette partie toute plate est gavante et fatiguante de nuit.

Plus que 10km avant dreux et j'arrive à Crecy-couve. Là je sais qu'il y a une belle pelouse  et hop une autre sieste.

Je sens quelques gouttes mais je n'ai pas envie de me lever comme cela et du coup les gouttes rebroussent chemin.

Je ne sais pas combien de temps j'ai dormi mais d'un seul coup je me dit qu'il faut y aller et en 1minute je suis en train de pédaler.

On va essayer d'aller à Dreux d'une traite mais c'est pas gagné car il y a bien 10km :)

Je vais l'atteindre péniblement et il sera difficile de trouver une place pour le vélo.

pointage à 3h32 (17h52 en 2011 donc j'ai du prendre un peu de retard).

Pas faim. je vais commander 3 briques de jus d'orange dont 2 seront avalées de suite.

Tout le monde pête la forme ici

Ici je connais mieux et je sais qu'il serait plus facile d'abandonner. Il doit même y avoir des trains direct pour St quentin mais quand c'est logistiquement plus facile cela ne vaut plus le coup d'arrêter bien que certains ont du renoncer à cet endroit.

Je ne vais pas au dortoir. En fait cela ne me dit rien et il faudrait donner un horaire de réveil alors que je ne sais pas combien de temps je veux dormir.

Je préfère aller m'affaler par terre près des autres dormeurs sans objectif de lever précis. Je vais attendre globalement que le jour se lève en évitant de repartir à la limite de l'heure de fermeture du contrôle.

Le lever de la bête se fera vers 5h30 et 1/4 d'h plus tard je suis en train de pédaler.

Dans les faubourgs de Dreux alors que je sentais de bonnes jambes j'ai un peu accéléré et ceux de devant moi aussi. Et ce qui devait arriver arriva car à la sortie d'un carrefour, alors qu'il fait maintenant jour, je vois une des flèches avec une croix verte sur le bord de la route. Je temps de reconnecter les restes de cerveau et d'avertir ceux de devant et je fais 1/2 tour pour aller reprendre la bonne route.

Encore une petite côte pour sortir de la vallée de l'Eure et j'attaque la traversée de la plaine. En 2011 cela filait à 35km/h et maintenant j'ai perdu 10km/h.

Les gouttes d'eau refont leur appartion.

Vers Gambais je passe les 1200km

Là je pense à mon président de club que j'ai souvent repris cette année pour lui dire que PBP ce n'est pas 1200km mais 1230km et du coup je ne suis pas encore arrivé :)

Encore un petit gros effort avec la cote de gambaiseuil que je n'ai pas grimpé cette année mais elle est mal placée par rapport à mes routes d'entrainement.

J'ai bien fait de m'arrêter dormir plusieurs fois car si je ne l'avais pas fait je serai arrivé avant et je n'aurai pas eu droit à la pluie alors que là je peux finir trempé dans le dernier 1/4 d'heure.

Puis c'est l'entrée dans la zone de loisirs. Je me croyais arrivé mais on aura encore droit à près de 5km avant de revoir le vélodrome où je franchi le tapis à 9h14 donc 87h43min après le départ.

Comme Cricricri ne m'a pas gardé d'emplacement libre au début du parking à vélo je suis obligé d'aller tout au fond pour garer la bête et protéger la selle du déluge.

Je vais ensuite me renseigner pour savoir si on peut louer un BMX pour tester la piste car je ne suis pas sur qu'on ait le droit avec nos vélos.

Encore un peu de marche pour rejoindre le velodrome et rendre la puce et le carnet de route

Phase aller

Phase retour (il manque le dernier tampon)

Un dernier repas

Après avoir fait la queue je pensais qu'il y avait une bière en récompense mais c'était pas dans cette file là donc je me contenterai d'une bouteille d'eau.

Une fois repus je suis maintenant gelé car trempé donc je repars me changer. Je vais croiser Brigitte (arrivée environ 1h avant moi et déjà changée) qui est avec Fausto (arrivé la veille). Je ne vais pas pouvoir rester discuter avec eux  pour le moment car je suis frigorifié et il me faut une tenue sèche. En ressortant du vel je croise Cricri mais sans trop m'attarder en claquant des dents.

Reprise du vélo jusqu'au parking et Streap Tease integral pour tout changer puis je reviens dans une tenue seche.

Je ne trouverai plus cricri ni Brigitte mais je vais tomber sur Didier et Sev attablés avec oliv.

Je vais au stand Bière mais Cricri est passé avant et c'est rupture de stock (:

Déjà que sur LEL il n'y en avait pas à l'arrivée maintenant c'est rupture de stock. Si ca continue comme cela je vais arrêter les longues distances si je ne peux pas me réhydrater à l'arrivée.

Le bilan un peu plus tard

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
j'ai bien l'impression que tu as été piqué par une mouche tsé-tsé lors de ton arrêt à fougères... C'est carrément impressionnant le sommeil dont tu as eu besoin... Connaissant un peu ton avant PBP au niveau du taf, ce n'est finalement pas très étonnant...
Des fois, les choses se font bien... tu voulais abandonner et tu ne l'as pas fait... Entièrement d'accord avec toi sur l'histoire de la voiture d'assistance. Quand tu n'en as pas tu n'es pas tenté de monté dedans.

Enfin et pour la bière à l'arrivée, je savais que tu serais très fatigué et je ne voulais pas te détruire... Donc on a tout bu :-)

Allez bravo car bel exemple d'abnégation... Et à la prochaine
Répondre
B
Ce sont peut être des randonneurs étrangers qui ont emmenés une escadrille de mouche tsétsé dans leur sacoches:)