Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bruno

Un autre regard sur PBP

13 Septembre 2015 , Rédigé par Bruno Publié dans #saison 2015

Après l'effort sur PBP voivi venu le temp des cr pour le revivre à chaque fois d'une manière différente.

Aujourd'hui je vous met donc en ligne 2 films réalisés par le même cinéaste.

Le premier concerne l'édition 2011 permet de suivre les participants anonymes. le résumé du  réalisateur sera plus parlant que ma prose donc je vous le cite

"Le Paris Brest Paris n'est plus une course mais un "brevet" dit-on. Qu'importe finir devant, il faut d'abord FINIR.
Après l'euphorie des premiers kilomètres, la fête cède peu à peu la place à la fatigue et les derniers coureurs livrent alors une course qu'ils n'ont pas prévue, une course contre le chronomètre, contre la nuit, contre le sommeil, contre eux-mêmes.

"Paris Brest Paris jusqu'au bout de la nuit" c'est d'abord un hommage aux derniers du Paris Brest Paris qui tentent de finir leur course à l'interieur d'eux même, pour tenter de sauver leur honneur, parfois jusqu'à épuisement, jusqu'à l'accident."

https://vimeo.com/30980077

Le deuxième concerne l'édition de cette année et voici la présentation du réalisateur.
"Ce reportage n’est pas un reportage sur le cyclotourisme. C’est un reportage sur les gens d’ici qui se pressent sur le bord des routes de Bretagne et de Normandie et qui développent des qualités humaines étonnantes, qui rendent le Paris-Brest-Paris si singulier. Ce reportage tente un regard différent sur notre ordinaire français vu à travers le regard des étrangers du PBP qui n’hésitent pas à traverser la terre entière pour venir rouler dans le pays de la Douce France."

https://player.vimeo.com/video/138870347

 

Ces  2 films reflètent très bien l'atmposphère du PBP sur la route et sur le bord de la route. Ils répondent tous les 2 à la question de savoir pourquoi on fait PBP et surtout pourquoi on y revient

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article