Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bruno

13 septembre 2014- Levallois Honfleur

17 Septembre 2014 , Rédigé par Bruno Publié dans #Saison 2014

 

Dans la série des grandes sorties classiques revenant tous les ans le deuxième week end de septembre est celui de Levallois-Honfleur.

Il y a 10 ans, en 2004 donc, c’était mon premier 200. On avait bien fait une sortie de ce genre au mois de mai mais avec 198km au compteur donc cela ne comptait pas dans les 200.

Depuis 2004 j’ai pris le départ de toutes les éditions sauf en 2012 car le club ne participant si j’y allais c’était soit retour en vélo dans mon camp de base normand (en gros 350km plus 120 le lendemain) soit retour en vélo direct (en gros un peu plus de 400km). Et comme à cette période je n’avais pas envie de faire du vélo je me voyais mal revenir en vélo.

 

Sur toutes les éditions où j’ai pris le départ je n’ai pas toujours vu Honfleur comme en 2005 (pas de jus et chute 2 semaines avant) ou en 2013 (je devais revenir en vélo direct mais après 120km sous la pluie j’ai fait ½ tour au ravito au lieu de pousser jusqu’à Honfleur).

 

Cette année j’avais une revanche à prendre sur l’année dernière et j’étais prêt à en découdre quitte à revenir direct en vélo mais le mois précédent le départ à force d’une part de travailler au corps notre président et plein de volontaires pour y aller le club a entrepris de participer.

Je vais donc pouvoir le faire en mode feignasse (comme dirait un lyonnais que je ne citerai pas) en profitant de la logistique. Le transport et le rapatriement étant assuré je me contenterai juste de faire les 215 km annoncés.

Par contre en le faisant en mode feignasse le réveil s’est mis à sonner vers 3h 15. Ne prenant qu’un café et ayant tout préparé la veille j’aurai pu dormir ¼ d’heure de plus mais j’avais oublié d’y penser avant.


Rendez vous à 4h00 le temps de charger les vélos on va partir avec un peu d’avance sur l’horaire prévu. Du coup on arrivera à Levallois en avance mais on ne sera pas les premiers. C’est fou le monde qu’il peut y avoir dans ce coin un samedi matin entre 5h30 et 5h45.

Etant près assez vite je me porte volontaire pour aller récupérer les cartes de route pendant que quelqu’un me garde mon caillou.

Je vais retrouver dans la file Sev ainsi que quelques membres de l’équipe de Flins. Les portes n’ouvrant qu’à 6h15 on attend sagement dans la file. Des bruits courent comme quoi il y a une file pour les individuels et une pour les clubs. On envoie Sev en éclaireur pour voir si on est dans la bonne file et en revenant elle nous dit que c’est bon. Par contre cela n’avance toujours pas très vite et on va s’apercevoir un peu plus tard qu’on n’était dans la file des individuels et pas celle des clubs qui avance beaucoup plus vite avec beaucoup moins de monde. Heureusement qu’on avait envoyé quelqu’un en éclaireur mais c’est vrai qu’il faisait encore nuit donc l’éclairage del'élaireur avait peut être quelques défauts.

Une fois dans la bonne file mon président va m’avertir que je fais la queue pour rien car un autre gars du club est déjà à l’intérieur en train de récupérer les cartes de routes. Il faut dire qu’il est très grand et il a du voir la bonne file de loin.

 

On perdra quand même un peu de temps car un gars de notre groupe, de l’autre club de Verneuil, s’est inscrit après coup en individuel et cela va prendre un peu de temps pour récupérer sa carte qui en plus a été aiguillée dans un autre Verneuil que le notre.

Du coup Sev va se préparer avant nous et elle va partir avec un peu d’avance.

DSCF0385

On s’élancera vers 6h45 et je vais rapidement me faire distancer par les autres. En fait je m’arrête à tous les feux rouges et on n’est pas nombreux dans ce cas là.

Le caillou à l’air en forme et il avale la cote de Suresnes sans s’en apercevoir. Après il continue sur sa lancée en doublant plein de groupes. Je vais rester un peu seul quelques kms en attendant des renforts mais je ne m’inquiète pas trop car je sais qu’ils vont arriver. Sur cette randonnée avec le nombre de participants il y en a pour toutes les allures. Je ne vais donc pas me mettre à fond pour essayer de revenir sur les gars du club et je maintiens un tempo aux alentours de 30km/h car c’est tout plat pour le moment.

Les renforts attendus vont arriver avec la fin de l’agglomération et le début de la campagne. Cela durera une dizaine de km jusqu’à ce que l’on arrive dans les cuvettes.

La photo ci-dessous est extraite d’une édition précédente car à cet endroit cette année il ne m’était pas possible d’en prendre. En effet en roulant en groupe je préfère rester bien concentré sur la conduite du vélo ou sur la roue devant moi en espérant qu’elle ne s’éloigne pas trop.

http://img.over-blog.com/500x374/2/51/76/65/2011/101111/Photo-007.jpg

 

Sur cette portion on enchaine donc les descentes sur un versant et les remontées de l’autre côté. Et à chaque remontée il y a un groupe à dépasser donc cela accélère un peu plus. Au bout de la troisième ou quatrième le caillou va vouloir souffler un peu (alors que pour moi cela allait bien) et je vais laisser partir le groupe car en montant à 35km/h puis en relançant au sommet cela ne va pas le faire bien longtemps.

DSCF0386DSCF0387

Je me remet donc en mode gestion jusqu’au ravito de Thoiry où je suis tout près de l’accident dans le petit coup de cul d’approche. En effet sur une petite route à la sortie d’un virage je suis surpris par un escargot qui vient juste de s’élancer tête baissée sans faire attention. J’ai beau crier au moment où j’arrive à sa hauteur il est déjà au milieu de la route et il ne se rangera ablsolument pas. Heureusement qu’il n’y avait personne à cet endroit et que j’ai pu faire un écart sans trop de danger.

DSCF0388DSCF0389

Premier ravito et je retrouve les gars du club au camion d’assistance. J’en profite pour me débarrasser des manchettes et du gilet fluo et après quelques tranches de gâteau c’est reparti.

DSCF0390

Maintenant que j’ai retrouvé les copains je vais rester avec eux à peu près 5km. En effet Yohann emmène trop vite pour moi à cet instant. Mais de toute façon comme c’est un coureur chaque fois que je roule avec lui il emmène trop vite. Mais vu la distance qu’il reste encore à faire je préfère lever le pied pour gérer un peu. Je ne suis cependant pas en mode randonneur car sur un 200 je sais que je peux me permettre quelques excès.

Et c’est ainsi que je vais revenir sur Sev dans une petite montée.

DSCF0391

Il m’aura quand même fallu près de 60km pour la rattraper alors qu’elle vient de commencer à faire du vélo cette année. L’année prochaine il faudra que je parte avant elle si je veux la voir.

DSCF0392

Au sommet on rejoins Didier, monsieur Sev que je vois régulièrement sur les BRM de Flins, et on va discuter une quinzaine de km en se racontant le Trirhéna et la ronde Alienor d’aquitaine.

Je vais les laisser un peu plus tard dans une petite côte avant Epied. A cet endroit je me fais doubler par un maillot de Bois d’arcy et il me semble reconnaitre Hervé mais à la vitesse à laquelle il est passé impossible de revenir à sa hauteur. Mais je le reverrai à l’arrivée et il me confirmera que c’était bien lui car seul de son club. Et comme son club ne participait pas il rentrera direct en vélo comme quoi tout le monde n'est pas une feignasse.

La cote Epied se passe bien cette année avec le comité d’accueil au sommet.

maind1

main2

maind3

Ensuite comme le profil n’est pas très intéressant, de la plaine avec un petit vent de côté, je vais arrêter le mode gestion pour que cela passe plus vite et je remet le compteur en 30 et 35 selon le groupe.

DSCF0393DSCF0394

Et puis on ne sait jamais dès fois qu’ils aient mal calculé les plateaux repas il vaut mieux arriver pendant qu’il en reste.

 

Je reprendrai quelques gars du club en route et je reverrai l’avant-garde à la pause.

A titre indicatif, la première moitié sera bouclée avec une moyenne de 28km/h. C’est juste un indicateur mais je ne me focalise pas dessus car cela dépend fortement du contexte (sens du vent, seul ou en groupe, profil, …)

DSCF0396

 

DSCF0395

Une fois restauré c’est reparti et on repassera par Glisolles où se faisait la pause les années précédentes. Par contre à la sortie on ne va toujours pas tout droit comme il y a quelques années mais on fait un gauche droite. Du coup on évite une côte digestive à 10% pour une autre mal faite moins pentue mais avec plein de faux plat avant et après.

 

Cette fois non plus je ne suis toujours pas avec les gars du club car j’ai pris de l’avance en repartant. Je les pensais juste derrière mais ils ont du discuter encore un peu et du coup je monte tranquillou.

Un groupe va me reprendre quelques kms plus loin et ils sont dedans donc j’accroche. Il fallait faire vite car je suis passé d’environ 25km/h à un peu plus de 35 d’un seul coup.

Le groupe accélère de plus en plus et comme j’ai l’air bien j’ai décidé de faire un test pour la deuxième partie et de ne plus gérer du tout pour voir combien de temps cela va durer.

Le groupe va se casser en deux avec plein de gars avec un gros 77 dans le dos et on perd des unités petit à petit. Sans trop le vouloir je me rapproche ainsi de l’avant et, alors que cela va quand même un peu vite pour moi, on doit maintenant approcher les 40, je vais aller prendre un relais. Il ne me semble pourtant pas avoir accéléré mais on va passer d’une grosse dizaine à 3 devant.

 

En fait c’est parce que les gars du 77 se sont arrêtés.

 

DSCF0397

On continue donc à 3 avec un maillot bleu, un blanc et un rouge. Celui en rouge est plus costaud et cela se sent lorsqu’il est devant mais on ne va quand même pas le laisser tout seul et on passe aussi. Au moins en passant devant on peut imposer notre rythme.

 

Ca doit être par ici qu’une autre bébette va traverser sans regarder cette fois de la gauche vers la droite. La roue avant du gars de tête est passé très près de l’écureuil. D’habitude ils sont dans les arbres mais celui là perdu dans la plaine.


A la faveur d’un stop je vais perdre mes 2 compagnons. En fait il y avait une voiture qui avait la priorité mais qui semblait vouloir nous laisser passer. Les 2 autres ont compris qu’elle nous laissait le passage mais j’ai compris l’inverse et je me suis quasiment arrêté. Du coup ils ont pris 200m et je suis tout seul dans la nature. Mais comme j’allais bientôt lâcher cela m’arrange un peu. Je récupère à 30km/h en attendant les renforts mais maintenant vous devez connaitre la technique.

 

Le groupe du 77 reviendra un peu plus tard avec quelques copains et c’est reparti. Plus tard je reverrai un gars me dira que je suis finalement revenu. Le temps de comprendre et je reconnaitrai le gars en rouge du trio.

 

On reprend du monde et on va rattraper un peloton de tandems de Flins car j’ai du en compter 5 d’un coup. Parmi le lot il y a celui des Antonin (le ruban blanc aux commandes et le fiston à l’arrière).

En approchant de Brionne je vois le viaduc de l’autoroute tout la haut dans le ciel traversant la vallée et je m’attends à une prochaine côte car on doit franchir l’autoroute.

 

http://aeromoto.free.fr/Balades/Deauville/photos/a_voyage/15_0708261714_Viaduc_Brionne_sud_070826_07_18.jpg

Au pied de la cote j’entends discuter derrière moi et quelqu’un signale à l’autre que cela va monter par paliers et il lui conseille de se préserver.

En me doublant je reconnais les Antonins et comme d’habitude les gars de Flins n’ont pas la même méthode de préservation que moi car le tandem va déposer tout le groupe dans la cote. Heureusement qu’il ne lui a pas dit d’accélérer à fond.

Le groupe montera au train et malgré la centaine de mètre perdu je recollerai au sommet. Ensuite on franchira l’autoroute avant de redescendre au fond de la vallée pour reprendre la route de tout à l’heure.

Direction le prochain ravito dans le sillage d’un autre tandem de Flins qui roule « tranquillou » devant.

Dernière pause avant la suivante et comme à chaque fois on arrive en groupe et on repars individuellement.

DSCF0398

On ne s’affolera pas avec Pierrot en repartant et on fera une dizaine de kms seuls.

Cette route est assez passante à cette heure ci et elle est beaucoup plus calme sur le 400 de Flins entre 3h et 5h (je n’ai pas révisé les horaires de passage)

Encore une trentaine de km le long de l’estuaire avec quelques coups de culs. A part en 2010 j’ai toujours coincé sur cette portion.


Le groupe dans lequel j’étais va se rétrécir assez vite et bien que j’arrive encore a être dans l’avant-garde je sens que cela peine de plus en plus. J’aurai la confirmation dans un petit coup de cul où il me manque un peu de jus pour accrocher les dernières roues et je perd 100m. Ensuite j’ai beau relancer et me faire mal aux jambes mais je plafonne à 35km/h et ils s’éloignent un peu plus avant que cela ne soit définitif.

Je me retrouverai avec des pompiers de Paris et des triathloniens jusqu’à une dizaine de km de l’arrivée.

main4main5main6

main7

main8

 

Dans le dernier coup de cul j’entends un bruit bizarre en provenance du caillou. Après analyse j’arrive à identifier le problème. C’est la même chose que cricri au début du trirhéna car ma lampe arrière fixée sur le hauban s’est desserrée et cela touche les rayons. Elle n’a pourtant pas bougé depuis que j’ai le caillou et il a suffit que je la resserre hier pour qu’elle se desserre aujourd’hui.

Donc arrêt exprès d’une trentaine de secondes mais je me retrouverai tout seul pour finir vers les 15h.


Finalement le test a été concluant car je n’ai coincé que sur les 15 derniers kms. Mais j’aime bien être coincé comme cela car je roulais quand même à environ 30km/h. Mais cela doit être car j'avais pris beaucoup d'élan

Du coup je finis avec une moyenne de 29.2 (contre 28 à mi parcours) et cela doit être quasiment la sortie la plus rapide de l’année. Mais sur les autres sorties, à part les BRM, je fais en gros une centaine de km donc tout juste de quoi s’échauffer donc c’est assez logique.

 

Il faut quand même relativiser car le parcours est globalement plat et je suis souvent resté abrité dans les groupes. A cette allure je peux difficilement aller devant et si j'y vais ce n'est pas pour très longtemps à se rythme.

Mais une fois de temps en temps c'est sympa de rouler comme ainsi et cela permet de casser le diésel ce qui n'est pas plus mal.

 

Par contre tout cela m’a donné soif et parmi les boissons proposées aux participants je demanderai une bière. Lors d’une autre édition le bénévole de service ne m’avait même pas demandé ce que je voulais et il m’en avait donné une d’office.

 

On reviendra en prendre une autre un peu plus tard car on avait vraiment soif et elles étaient petites. C’est notamment là que je verrai arriver Sev.

 

DSCF0399DSCF0400DSCF0402

  DSCF0401

C’est donc fini pour cette édition et je vais un peu lever le pied côté vélo pour me concentrer un peu plus sur la course à pied afin de préparer la SaintExpress au mois de décembre.

 

Par contre je ne vais pas totalement couper car il y a des rallyes très importants au mois d’octobre et novembre avec huitres, saumon fumé, fois gras, vin blanc, et un avec des crêpes.

 

Bilan

telem1

Télémétrie

telem2


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Promis : l'an prochain je ferai le CR avant la randonnée. Enfin, j'essaierai  
Répondre
C

Suis très étonné à la lecture de ton article. Tu étais sur la randonnée et je n'ai pas bénéficié de l'aspiration quand tu m'a doublé (sans me voir d'ailleurs). Pourtant, une cigogne noire au
milieu de canaris, cela se remarque. 


Bravo pour ta performance. J'ai mis juste une heure et une minute de plus que toi  
Répondre
B


En fait je n'avais pas emmené tous les neuronnes et toutes les options du cerveau


J'ai bien vu les canaris à un moment mais je n'ai fait le rapprochement avec ton ancien club lorsque j'ai lu ton cr.


Si tu avais fait le cr avant que je parte j'aurai pu réagir plus vite



C

je suis fatigué à te lire... Une balade à fond les manettes avec un lyonnais qui te traiterais de feignasse je
pense que lui ne perd riend pour attendre...


 


En tout tu es en pleine forme... Dommage que la saison soit déjà finie... En tout cas ta moyenne est supersonique
Répondre
B


Je t'assure que  tu serais suivi sans problèmes. Sur le 400  de Grenoble lorsque vous vous êtes amusé avant le dernier contrôle vous alliez aussi vite et avec plus de 300km dans les
jambes.


Pour la forme ce qui me gêne le plus c'est que je suis comme cela depuis le triRhéna comme quoi la préparation était bien calculée