Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bruno

14/09/2013 Levallois Honfleur sans Honfleur

17 Septembre 2013 , Rédigé par Bruno Publié dans #saison2013

L'année dernière je n'avais pas participé à Levallois Honfleur pour la première fois depuis 2004 car à cette époque le vélo ne me faisait plus envie occupé que j'étais avec des problèmes professionnels me pompant toute mon énergie. Rassurez vous le manque d'envie de vélo n'a pas trop duré, contrairement aux pb de boulot, et j'ai réenfourché la chose quelques semaines plus atrd.

 

Cette année me voit donc revenir au départ et ce sera avant l'aube que je m'élancerai vers les 4h45. Le club ne participant plus depuis quelques temps, faute de combattants et de moyens logistiques pour le transport, j'assure donc ma propre logistique et je m'élance de Palaiseau dans la nuit noire avec des nuages menaçants et un ciel très aéré agitant fortement la cime des arbres.

Je croyais être tranquille à cette heure ci et finalement il y a beaucoup plus de circulation que le dimanche matin sur la route menant à Bièvres. En effet à part le dimanche de bonne heure je ne prend jamais la D446 en vélo mais je passe par Igny pour aller à Bièvres et ce matin je vais me faire doubler toutes les 30s.

Côté habillement je n'aurai pas de problème pour choisir aujourd'hui car vu la météo annoncée je reprend le maillot manches longues délaissé depuis début juin (et oui en mai il servait encore). Je ne prend pas le cuissard long mais ce n'est pas pour une question de température. A partir de 200km j'utilise toujours le cuissard assos et vu le temps les jambières seront plus utiles que les genouillères pour maintenir les genous au chaud.

Contrairetement aux autres années où j'étais venu au départ en vélo je ne verrai aucun cyclo sur la route pendant les 30km me menant à Levallois. J'en verrai un dans le dernier km mais il se rendra sur les lieux de l'ancien départ. Celui ci  ayant changé cette année, ou peut être l'année dernière mais je n'étais pas là. J'avais repéré la route sur le plan à part que je n'avais pas vu le sens interdit. Mais vu l'heure j'ai suivi le taxi dans la voie de bus où il n'y avait personne.

Par contre en arrivant sur les lieux de départ il vaut mieux être en vélo qu'en voiture car c'est un peu le bordel avec tous les véhicules accompagnateurs déposant les participants.

J'attache le vélo à une barrière et je vais faire la queue en suivant le sens giratoire. Il me faudra environ 1/4 d'heure pour ressortir avec la carte de route et la plaque de cadre.

Photo 001

Comme cela a duré plus longtemps que prévu je vais partir un peu après 6h30. Direction la seine pour se mettre sur la bonne rive (la même qu'à Honfleur) et ensuite on tourne à gauche pour la remonter bien que le but de la sortie est d'aller à son embouchure

 

Premier arrêt après moins de 5km car les quelques gouttes qui tombaient depuis le départ se sont transformées. Au début elles ne mouillaient pas et maintenant elles forcicent de plus en plus et l'arrêt kway est obligatoire.

Du coup je vais repartir avec le groupe de Flins et pour une fois je vais rester un moment avec eux. En fait ils démarrent donc ils ne sont pas chaud alors que j'ai déjà 35km dans les jambes. Sans ces conditions favorables ce n'est pas sur que j'aurai pu les suivre dans la première cote

Je vais rouler avec eux pendant environ 10km tant que cela sera plat. Car dès que l'on va arriver vers St nom la breteche avec les premières petites cuvettes je vais faire chauffer le cardio en passant le premier faut plat à 30km/h. La remontée de la cuvette suivante me sera fatale et il manquera une centaine de mètres au sommet .

Je ne vais pas insister longtemps et je les laisse s'éloigner. Je me sentais pourtant bien depuis le début mais là cela allait trop vite pour mon diesel.

Je vais continuer un peu en surrégime car bien que je sente que je vais trop vite je n'ai pas envie de gérer et je continue sans attendre sagement le retour d'un groupe de l'arrière. En plus on commence à arriver dans la campagne et maintenant on sent très bien la brise de mer qui arrive face à nous et que nous allons devoir remonter jusqu'à Honfleur mais j'insiste quand même en mode bourrin.

Ce qui devait arriver arriva car je vais rapidement plafonner  et lorsqu'un gros groupe va me rattraper je ne vais pas les déranger. Avec eux je n'avais aucune chance car non seulement ils vont me doucbler dans la remontée d'une cuvette mais je vais les voir rattraper petit à petit le groupe de Flins que j'ai toujours en point de mire. En effet à cet endroit c'est une longue ligne droite de plusieurs kms.

Tous les groupes que nous avions doublé au début vont tous me redoubler. Pour le moment je paie le coup du départ rapide et j'attend donc que cela revienne.

La  météo a aussi atteint sa vitesse de croisière et il tombe maintenant des cordes.

Je ne peux pas dire que cela soit un temps écossais car lors du périple en écosse nous n'avons pas eu ce temps là. Ce temps là était plutôt en angleterre

Du coup il n'y a pas trop de photos pour le moment.

A un moment dans une grande descente alors qu'il y a 2 gars devant moi roulant de front une voiture, qui s'avérera en fait un fourgon, veut les doubler alors qu'une autre voiture arrive en face. Le fourgon continue cependant et sans accélerer franchement. J'ai vu le coup où il allait se rabattre sur les cyclos au dernier moment alors qu'on approche des 50km/h à cet instant

Au moment où il va me doubler je verrai 2 ou 3 cyclos dans l'aspiration juste derrière. Sur le coup je ne sais pas s'ils ont profité de l'occasion mais j'aurai la réponse un peu plus loin.

Une fois revenu dans la campagne je verrai le fourgon s'éloigner lentement avec toujours ses cyclos derrière.

Il y a pourtant un parcours spécial pour les véhicules accompagnateurs mai si le fourgon avait pris cet itinéraire spécial ses "accompagnés" n'auraient pas pu s'abriter correctement.

 

La pluie se calmera un peu en arrivant à Thoiry où je prend les premières photos.

Photo 002Photo 003Le raviataillement est le bienvenu car depuis un moment je commençais à avoir très faim. J'ai pris moins de pates que d'habitude la veille et là je le ressens.

Il va falloir repartir car d'une part on se refroidit vite et d'autre part cela commence à retomber. La reprise va donc être un peu fraiche le temps de faire rechauffer la machine humide.

Et pour la faire sécher ce n'est pas le moment car bientôt on va se reprendre de nouveaux des seaux d'eau sur la tête

 

Avec la grosse pluie je vais revoir le fourgon de toute à l'heure arrêté au bord de la route. Cela s'affaire à l'intérieur en pompant. Le fourgon tout seul me doublera un peu plus loin mais sans ses cyclistes derrière.

Photo 005Plus on avance et moins cela va de mon côté. Je n'avance pas . Je n'ai pas plus mal aux jambes que cela mais le moteur ne veut pas se mettre en marche. D'autant plus démotivant que j'étais sorti en début de semaine avec une super forme et un de mes meilleurs temps depuis pas mal d'années sur un parcours de référence.

Mais aujourd'hui la tête n'y est pas et comme c'est elle qui commande le physique ne suit pas.

Je vais rapidement prendre la décision d'aller jusqu'au prochain ravito et d'arrêter le parcours officiel la bas donc après environ 120km.

Une fois la décision prise je suis serein et j'avance tranquillement bien sur la droite pour ne pas gêner tous ceux qui me doublent

Au pied de la côte d'Epied que je monterai tranquillement un cyclo me fait un bonjour de la main en me doublant. J'ai le temps de reconnaitre Didier et de lui rendre son bonjour. C'est un randonneur d'Orléans présent sur tous les BRMS de Flins 2012 et 2013 et faisant aussi parti de ma vague de départ lors de LEL.

 

Au sommet la presse est là comme d'habitude.

maindru.pngJe vais bientôt revoir le fourgon sur le bord de la route. La pluie a maintenant cessé et les "participants" peuvent en ressortir pour reprendre leur vélo sans se mouiller. J'ai bien pris une photo en passant devant eux mais cela doit être un signe car elle n'a pas marché. A croire qu'ils ne méritent même pas une photo.

Ils vont repartir avec un grand sourire et quelques centaines de mètre après se remettre rapidement dans le sillage du fourgon car à cet endroit c'est de la plaine sans abris et avec un bon vent de face. Ils faudraient quand même pas qu'ils se fatiguent trop déjà qu'ils ont pris quelques gouttes d'eau tout à l'heure


Plus on va se rapprocher du ravito et plus je vais doubler tout plein de monde.

Ce n'est pas que je vais beaucoup plus vite mais il y a maintenant un cyclo en train de réparer une crevaison quasiment tous les 500m

A quelques km du ravito j'entendrai un bonjour derrière moi et je verrai un autre ruban blanc me doubler. C'est "24heures" un cyclo de Chartres parti aussi dans la même vague de départ lors de LEL avec son collegue que je verrai en arrivant au ravito. Je leur donnerai des nouvelles de Didier, avec qui ils ont fait tout LEL, mais vu qu'il m'a doublé près de 30km plus tôt il doit être loin.

C'est maintenant l'heure du repas et je vais trouver une nouvelle connaissance avec Patrick, un cyclo de Chevreuse, que je revois régulièrement depuis notre premier BRM200 de Longjumeau effectué ensemble en 2010.

Cette année il n'y a personne sur la pelouse pour manger ou alors il fallait venir avec une couverture chauffante et étanche.

Photo 010Je vais trouver une place assise sur un trottoir à coté du groupe de Patrick et derrière un stand de l'organisation. Toutes les minutes il y aura quelqu'un qui viendra acheter une chambre à air et ils vont rapidement se trouver en rupture de stock. Un des membres de l'organisation est d'ailleurs parti en acheter à Evreux tellement cela se vendait bien.

Une fois que tout le monde a mangé il faut repartir mais comme je vous l'ai dit un peu plus tôt je vais arrêter le parcours officiel ici. J'aurai surement pu aller jusqu'à Honfleur sans trop de problèmes malgré ma super forme Mais comme je vous l'ai dit au début de l'article aujourd'hui j'assure ma propre logistique. Et en guise de logistique j'avais prévu un peu comme tout le monde de revenir à la voiture en vélo.

Mais comme j'ai garé la voiture dans ma résidence devant ma porte le retour à la voiture depuis Honfleur devrait faire en gros 200km

Au cas ou j'avais aussi un plan B pour faire comme en 2011 et revenir à mon camp de base normand pour revenir en région parisienne le lendemain.

Le plan A m'aurait fait faire environ 450km aujourd'hui et le plan B 370 (plus 115 le lendemain).

Comme la tête n'y était pas je me voyais mal revenir en vélo et galérer avec ce temps donc j'ai choisi le plan C et j'ai fait 1/2 tour au ravitaillement de Glisolles.

Pour rentrer au plus court il m'aurait fallu revenir sur mes pas mais  à environ 5km du ravito il y avait une descente en virages, avec d'ailleurs une chute, et je n'ai pas voulu emprunter le parcours en sens inverse à cet endroit. Je suis donc parti sur Conches puis à gauche direction St andré et ensuite le parcours du 400 de Flins à sens inverse pendant un bon moment.

Je vais parcourir la même plaine que tout à l'heure dans l'autre sens et avec le vent dans le dos cette fois.

Photo 012Et heureusement que le vent est dans le dos car je vais rester coller à la route. En plus par moments je vais avoir une douleur au genou. J'ai tiré gros toute la journée et avec l'humidité ambiante cela sent un début de tendinite. Heureusement que j'ai gardé les jambières tout le temps et je suis encore plus content d'avoir fait 1/2 tour avant car si j'avais du revenir avec un genou en vrac cela aurait été beaucoup moins marrant.

Pour l'humidité cela s'était calmé depuis un moment mais comme j'ai décidé de revenir vers la pluie je vais la retrouver un peu avant Thoiry.

Photo 013La traversé de Thoiry sera beaucoup plus calme que le matin et je vais devoir m'arrêter un peu après pour allumer les lumières à l'arrière car la luminosité a chuté alors qu'il pleut de plus en plus.

Les 50 derniers kms se feront avec une pluie de plus en plus forte.

Photo 014En général sur ce genre de sortie on perd quelques kilos mais vu le poids des vêtements à l'arrivée j'ai bien pris 3 kg malgré les 271km de la sortie racourcie.


telem1

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Bien du courage. Personnellement, j'ai déclaré forfait et, à la lecture de ton article, n'ai pas la moindre parcelle de regret. L'an prochain peut-être, à nouveau. 
Répondre
B


Il devrait faire meilleur pour aller à Chambord