Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bruno

La genèse

8 Janvier 2009 , Rédigé par Bruno Publié dans #Historique

J'ai commencé à faire du vélo à 11 ans à l'Entente Sportive Gervaisienne Lilasienne (http://www.esgl-cyclisme.org/) ou je suis resté 4 ans avant de partir en province. Les 3 premières années étaient dédiées à l'école de cyclisme et non à la compétition. Elles m'ont permis de savoir vraiment tenir sur un vélo et ainsi d'éviter de nombreuses chutes dans les 30 années qui ont suivi. La dernière année avant les compétitions j'ai pu effectuer quelques sorties avec les membres de la section cyclotouriste du club et apprécier l'ambiance de ce type de randonnées.
Après quelques années de compétitions pas très fructueuses. Au niveau compétition je n’étais pas vraiment bon mais comme la passion du vélo était la je faisais durer le plaisir en roulant plus longtemps que les autres. J'ai fait une première pause l'année du bac et pour commencer mes études puis j'ai repris le vélo pendant 2 ans avant une nouvelle pose pour finir les études et commencer ma vie professionnelle. Au cours de ces 2 années à Aix en Provence j'ai notamment couru avec un petit jeune nommé Richard VIRENQUE qui gagnait pas mal de course sans avoir l'air de forcer mais il y en avait plein comme lui.
Après 4 ou 5 ans d'inactivité totale j'ai recommencé a rouler de temps en temps puis comme un collègue de travail s'y était mis je me suis repris au jeu avant d'effectuer une sortie avec lui histoire de ne pas trop me faire chambrer. Je l'ai tiré toute la sortie et j'ai pris une fringale à 10km de la fin dans la côte de St REMY les Chevreuse et il m'a déposé. J'en ai entendu parler longtemps.
Pour me motiver à sortir a cette époque je m'étais mis comme objectif en début d'année d'arriver à faire une sortie de 100km vers le mois de mai-juin et ça a marché.
D'objectif en objectif j'avais envie de me lancer dans une épreuve de masse. Ma sœur habitant en Ardèche j'avais entendu parler de l'ardéchoise en allant la voir. Et une année en 2001 je me suis décidé mais j'ai hélas entrepris mes démarches de recherche sur internet la semaine suivant l'épreuve
Mais j'étais décidé à m'y lancer et avoir une préparation me permettant de boucler le parcours des Boutières.
Ce fut l’objectif des années 2002 et 2003.

En 2003 après en avoir fini des Boutières je ne m’attarde pas et je pars chez ma sœur près de Jaujac. En fin d’apm l’ambiance a changé sur la route rendue aux voitures mais il reste tout de même une atmosphère de la journée. Je monte enfin le col de Mézilhac dont j’ai souvent entendu parler sur le forum. Je me souviens notamment d’un gars qui disait « à un moment j’ai levé la tête et j’ai vu au dessus des moi une file de cycliste ininterrompue allant de droite à gauche. Un lacet plus haut la même file allant de gauche à droite ». Je reconnais ce passage et j’ai le coup de foudre, l’année d’après il va falloir que je passe par là et l’objectif de l’année 2004 sera donc la volcanique et ses 170km.

Pour boucler ce nouvel objectif il va falloir changer de préparation et je me dis que les 2000 km environ fin juin ne suffiront pas. Il faut en avoir plus dans les jambes mais comme les sorties font en moyenne 80 à 90km pour doubler le kilométrage il faut augmenter le nombre de sorties car cela ne sera pas possible de doubler le kilométrage. L’année 2004 devra donc commencer par des sorties le samedi et le dimanche.

A la même époque je décide de franchir le pas et de m’inscrire dans un club. J’y pensais depuis un certain temps mais je ne savais pas ou m’inscrire. En région parisienne près de Palaiseau ou en Normandie près de Verneuil sur Avre ou je passe une grande de mes week end dès que le printemps arrive. Si je dois m’inscrire dans un club c’est pour rouler avec de la compagnie et comme je ne suis pas toujours au même endroit …

Début 2004 je me décide donc pour la Normandie. Le premier week end de janvier je roule le samedi et je me pointe au premier rdv le lendemain. Vont-ils rouler trop vite pour moi ou trop lentement ? Le premier rdv ne sera pas le bon. Je n’ai pas récupéré de la veille et dès le premier faux plat je n’arrive pas à suivre. Je m’accroche comme je peux mais ca ne dure pas longtemps. Les gars m’attendent bien que je leur dise d’y aller. Il me faut insister longtemps pour me retrouver seul ou je rentre tranquillement à mon rythme en me disant que ce n’était pas une bonne idée et qu’ils sont trop costauds pour moi.

Le week end d’après j’enchaine de nouveau samedi et dimanche en vallée de Chevreuse et ca ce passe mieux, j’en rajoute même à la fin.

Le week end d’après je retente donc une sortie avec le club mais je ne roule que le dimanche. Je resterai dans les roues et finalement cela se passera bien et j’y prendrai ma licence.

D’années en années les objectifs augmenteront avec des participations à de longues distances comme Paris-Camembert et Levallois-Honfleur qui sont les 2 grosses sorties du club.

Finalement les longues distances ne sont pas plus dures et je termine même plus frais que lors de sortie de reprise de 60km. A partir du moment ou on a compris qu’on a compris que l’on va se prendre un coup de barre à un moment donné (on ne sait pas ou) que cela va durer une trentaine de bornes et que les jambes vont revenir il n’y a plus de problèmes majeurs. C’est l’avantage du cyclotourisme ou on peut récupérer à son rythme chose que l’on ne peut pas faire en compétition car les autres ne sont pas coopératifs. J’ai aussi remarqué cela sur les cyclosportives que j’ai pratiqué. J’en fais à peu près une par an pour faire un peu de montagne. Dans les cols je ne suis pas trop ridicule par rapport à la masse mais dès que le sommet est franchi les autres mettent tout a droite et embrayent alors que moi je m’arrête pour une pause technique.

En 2007 j’ai l’intention de repartir sur la volcanique quand sur le forum de l’ardéchoise Nainvert me met en tête de me lancer sur les Sucs soit 200km. Il l’a fait l’année d’avant et on avait fait quelques km ensemble. Et après tout pourquoi pas. Je vais me tester sur Paris Camembert sur une distance similaire avec un final par le mur des Champeaux avec environ 500m à 15% et 2 autres murs similaires moins de 10km avant. Si ca passe correctement j’aurai une idée de ce que pourront donner les jambes dans le final du col du Buisson.

C’est passé sans pb et je me présente donc sur l’ardéchoise pour les Sucs. Malheureusement je ne finirais pas à cause d’un genou récalcitrant mais je bouclerais le parcours en 2008.

2 semaines plus tard en retournant voir ma sœur je suis passé par le Croix de Bauzon et j’ai encore craqué.

Cette année je vais donc me lancer en 2 jours sur le parcours des hautes terres avec un éventuel raccourci stratégique en ne faisant pas la boucle des Sucs si les jambes ne suivent pas. L’enchainement sur 2 jours m’inquiète un peu mais je vais suivre le conseil du vénérable Ard qui avait la même inquiétude à une époque. Pour vaincre l’appréhension il s’est inscrit sur 2 jours et le deuxième jour il fallait bien y aller pour rentrer.

 

Voila un bref résumé de mon parcours cycliste, les comptes rendus des différentes cyclosportives seront petit à petit mis en ligne dans la rubrique adaptée.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bon Bruno, grace à ce blog j'en connais un peu plus sur toi.Cependant il y a un point que je ne partage pas avec toi, c'est lorsque tu dis qu'il y a la possibilité de prendre un raccourci !!!Allez Bruno, la force est en toi "TU Y ARRIVERAS !!!!!" Ard_
Répondre
B

On verra ce que donneront les jambes le jour J mais vu la beauté de la boucle des Sucs faudra que je sois mal pour l'esquiver.