Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bruno

Ardechoise 2004

14 Janvier 2009 , Rédigé par Bruno Publié dans #Cyclosportives

A la fin de ma première édition sur les Boutières je pensais avoir mon max et choisi le bon parcours. Le parcours suivant La Volcanique et ses 170km me paraissant inaccessible. Je n'ai encore jamais fait une distance pareille d'un coup. J'avais bien fait 170km en 2 demi-étapes de 80km lors d'un tour de Corse lorsque j'étais junior mais à cette époque j'avais un autre niveau.
Comme indiqué dans un autre article, à la fin de l'édition 2003 je suis directement allé voir ma soeur qui habite près de Jaujac un peu plus au sud et en y allant j'ai craqué sur le col de Mezilhac. En plus les participants du forum n'arrêtent pas d'en parler et comme il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis j'ai décidé ce jour la que l'année d'après je le passerai en vélo.

La préparation 2004 sera donc effectuée avec cet objectif en vue. Cette année là je change aussi de lieu d'hebergement et je prend mes quartiers à Quintenas dans l'hotel du village. C'est un petit hôtel familial d'une dizaine de chambres et l'ambiance s'y révélera super. Il y a notamment un groupe de niçois amis du patron qui mettent une bonne ambiance et qui n'arrêtent pas de se chambrer entre eux. En plus ce ne sont pas des manchots car le premier d'entre eux termine régulièrement dans les 100er sur le parcours de l'ardechoise. Ils ont donc des dossards prioritaires et nous le font savoir
Réveil à 5h moins le quart et le patron est déjà la à nous attendre alors que dans mon hotel précédent c'etait plutôt industriel. Je pars assez tôt et je me pointe sur la ligne à 6h je partirais donc juste après les 1er.
En fait j'ai remarqué que l'on attend toujours environ 1h30 entre le moment où on arrive dans la file et le moment ou on s'élance. Ensuite à chacun de voir s'il préfère attendre de 6h à 7h30 ou de 7h à 8h 30 comme lors de ma première édition avec les risques de bouchons. En faisant la queue je suis à côté du doyen qui doit avoir environ 92ans cette année là et il bouclera tout de même les Boutières.
C'est parti, je reste en dedans au début car la route va me paraitre longue. Au Cheylard je ne tourne donc pas à droite et je continue tout droit. La population de cyclistes n'est plus la même que les années précédentes je ne sais pas si c'est parce que je suis parti plus tôt ou si les gars sont plus costaud sur les parcours supérieurs mais ca doit être un peu des 2. J'aborde les faux plats d'approche prudemment et à un moment je trouve un bon groupe et je me met dans le paquet qui va me tirer jusqu'au village de Sardiges où la pente s'élève. Le groupe éclate mais je ne suis pas ridicule. Cette année pas de canicule et on a même droit à quelques gouttes de pluie. A environ 2km du sommet j'ai de super jambes et comme je vois pas loin devant des cyclistes (dont une cyclote que j'avais repéré)qui étaient dans le groupe j'en rajoute et j'arrive avec eux en haut.
Le ravitaillement est digne de ce que l'on m'avait annoncé sur le forum il y a à manger partout. Ayant appris qu'il ne faut pas s'éterniser car cela continue de monter je repars mais les jambes de feu sont parties et j'ai le feu aux jambes. Les km jusqu'a Lachamp St Raphael vont être très longs. Après je me souviens des conseils d'Alain ROCHE animateur du forum à l'époque, "lorsque le vent est là les faux plats jusqu'au gerbier sont usants et froids et le coupe vent est parfois nécessaire" qui dizait. . Il avait effectivement tout prévu et en plus le coupe vent était offert cette année la.
Je suis littéralement collé à la route et tous les groupes me passent au ralenti sans que j'accroche quoi que ce soit. Je sais pas à combien je roule car le compteur a aussi une défaillance mais ca doit être à 15km/h dans les descentes. A un moment je me dis que ca sert à rien de continuer à rester sur la plaque et je veux la retirer mais la chaine ne veut pas passer malgré mes nombreux essais. Lorsque je regarde ce qui se passe je m'apeçois que je suis déjà sur le petit plateau. Le moral n'est donc pas au beau fixe surout que j'en suis à mi parcours.
La suite se passera mieux et j'arrive a me refaire la cerise dans le col d'Agrève pour finir correctement jusqu'au Buisson. A un moment je reconnais des gars du club de la ville voisine du mien en normandie. Même le compteur a récupéré.
Le passage à 15% passe bien et je suis content de passer en vélo. Il faut dire que cela doit être l'endroit ou la route est la plus étroite. Comme c'est en fin de parcours les 13000 à 15000 particpants y passent tous et sont plus ou moins fatigué. L'herbe et la moitié droite sont encombrées par les piétons poussant leur vélo au milieu les cyclistes en équilibre et à gauche on passe comme on peut en priant que les jambes tiennent et que la route sera partiquable.
La première année il m'avait manqué 5km sur ce col, la deuxième 4km et donc cette année la je coince à 3km.
Je redescend donc omme d'hab en roue libre à 30km/h et je suis encore plus content d'arriver en bas qu'en haut tellement je suis crispé et mal aux bras. Mais vu mon manque de lucidité je préfère y aller doucement et comme presque chaque année je double un camion d'ambulance qui s'occupe d'une chute survenue à 500m de la fin de la descente
C'est fini en 7h 55' 53s a 21.56km/h
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article