Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bruno

LEL 2013- De Market Rasen à Loughton

9 Août 2013 , Rédigé par Bruno Publié dans #saison2013

Un des avantages de LEL par rapport à PBP est le délai accordé qui est plus important du coup on peut faire de belles nuits. A ce contrôle j'ai du aller me coucher vers 20h30 pour un lever à 2h00 bien qu'en pleine nuit j'ai eu un problème technique.

 

Flat !!!!

 

Le matelas gonflable qui donnait quelques faiblesses lorsque je me suis couché a rendu l'âme un peu plus tard. J'ai donc attendu le passage d'une bénévole qui installait un autre participant pour signaler le problème et effectuer un changement de place exprès.

Et c'est bien reposé donc frais et dispo que je me suis levé à 2h00.

Par rapport à la photo prise juste avant d'aller me coucher on voit que je vais beaucoup mieux maintenant.

LEL 180Que cela soit la veille ou au petit matin j'ai bien aimé l'ambiance à ce contrôle out tout semble feutré. Les participants arrivent avec les traits de plus en plus tirés selon l'avancement des contrôles et ensuite tous les bénévoles sont aux petits soins pour apporter la moindre aide. Et dès que l'on s'assoie on relache un peu la pression donc tout le monde est au ralenti. Il doit y en avoir au moins un qui dort une table sur deux.

Ceux là font la queue pour aller dormir.

LEL 181Les bénévoles attribuant les lits sont les mêmes que tout à l'heure et ils ont toujours la même pêche près de 6 heures plus tard

Il y a d'ailleurs un caméraman qui immortalise ces moments silencieusement car ils se passent de commentaires.


Nous allons donc repartir pour la dernière journée. Comme on a fait les feignasses on aura donc droit à 280km aujourd'hui au lieu de 220 mais on a bien dormi.

Et comme on a fait nos feignasses c'est la panique sur le forum de l'ardéchoise où ils se demandent ce qui m'est arrivé car je n'ai pas respecté la logique


Pour cette dernière journée Stéphane ne sera pas avec nous, car il est au contrôle suivant, mais il sera remplacé dans le groupe par Keith un anglais du même club que Denise qui nous avait déjà accompagné vers Edinburg et que l'on n'avait plus revu après.

Départ à 3h00 pour environ 2 heures de nuit et une étape plate de 68km.

On part tranquillement sans trop envoyer pour un réveil musculaire progressif.

Les premières photos arriveront avec le lever du soleil sur les bords du canal que nous longerons un bon moment.

LEL 182Une petite brise de face commence à faire son apparition mais rien de bien méchant. Keith vient m'aider devant et on se relaiera tous les 2 jusqu'au contrôle.

Dans le groupe il y a aussi 2 américains qui restent à l'arrière. Keith ira les chercher pour les inciter à rouler mais cela ne marchera pas pour le moment.

LEL 183Dans les derniers kms de l'étape un des américains va enfin passer devant mais il se met de suite sur un rythme de près de 5km/h supplémentaire donc cela ne sert à rien. Je préfère ne pas faire d'à coups et je garde le même rythme quitte à prendre du vent mais au moins je ne fatigue pas. Il va faire les derniers kms toujours quelques dizaines de km devant à attendre puis réaccélérer dès qu'on sera dans la roue.

On arrive ainsi à Kirton (km 1219) à 6h50.

Cette fois je me rapelle bien ce que j'ai mangé car il y avait du nutella qui m'attendait C'était pas du vrai mais une autre marque mais cela se mange quand même. J'ai commencé par 2 tartines de pain de mie pour m'occuper en faisant la queue puis comme j'avais tout mangé j'en ai refait d'autres pour accompagner le café. Et peut être bien que je suis allé me resservir après.

Je n'en avais pas mangé depuis longtemps car je n'en achète plus ayant du mal à le conserver. Dès qu'un pot est ouvert il doit y avoir une reaction chimique spéciale car il se vide tout seul

Au contrôle on retrouve Jean Claude CHABIRAND qui va commencer sa journée ainsi que Roland. Il a en effectivement abandonné suite à des problèmes d'alimentation. Il a coupé la boucle écossaise mais il rentre en vélo histoire de faire quand même un 1000.

 

On va repartir pour la prochaine étape de 80km.

Roland en pleine préparation.

LEL 184De l'autre côté cela s'affaire aussi.

 

LEL 185

Le groupe va repartir dans la même composition (Keith, Denise, Vero et les 2 américains).

Dès le départ Denise vient nous aider pour les relais et elle veut que je reste un peu derrière mais j'ai toujours du mal à rester dans les roues d'un groupe roulant à mon allure.

LEL 186

Le premier américain vient aussi devant et on commence à tourner à 4 et cela commence à s'enflammer. Denise donne les limitations à ne pas dépasser.

23

Puis un peu plus loin 24

Et comme cela s'enflamme un peu plus et que tout le monde est réveillé.

25

Ou s'arrêtera t'on?

Vero signale que keith a un peu de mal.

24

23

Le premier américain coninue de rouler alors que le deuxième a lâché le groupe. On a du aller trop vite pour lui et c'est pour cela qu'il ne relayait pas.

Denise va chercher l'américain de devant pour lui dire de calmer un peu et après discussion il part définitivement tout seul devant.

De notre côté on se calme car Keith a du mal et il nous dira d'y aller.

 

Du coup on va donc de nouveau se retrouver tous les 3 en longeant un autre canal.

LEL 187LEL 188Keith va nous rattraper un peu plus tard et on va s'arrêter dans un village car il a besoin d'un café.

LEL 189

Keith va nous expliquer l'histoire de ce monument mais j'ai tout oublié

LEL 190LEL 191J'ai quand même fait des recherches sur le net et j'ai retrouvé ce pont qui s'avère être le Trinity Bridge à Crowland.

 

Comme le soleil commence à chauffer je vais remettre les jambes à l'air après plusieurs jours au chaud.

La suite de l'étape sera tranquille sur des routes sans grand intérêt.

LEL 192Pas vraiment besoin de GPS sur cette portion et le road book est facile à lire.

6.3km puis deuxième sortie au rond point (donc en gros on continue tout droit)

600m puis Straith out @TL donc on continue tout droit

7.2km puis Straith out @TL donc on continue tout droit

400m puis deuxième sortie au rond point donc on continue tout droit

Attention il va y avoir 2 virages

200m puis gauche

100m puis droite

maintenant c'est tranquille

15km puis à droite au T

 

Depuis un moment je suis revenu à la méthode de navigation à l'ancienne avec le road book (on s'y fait) car le GPS n'a pas supporté l'état des routes. Dès que je l'allume il s'éteint dans la minute suivante. 

D'après ce que j'ai pu voir sur le net en rentrant c'est un pb de faux contact connu et Marcel (un ruban blanc) m'a déjà donné les liens. Il va peut être falloir user du fer à souder pour rétablir la connexion récalcitrante.

 

C'est chiant ces routes toutes plates surtout après les routes vallonées et magiques que nous avons eu les jours précédents.

 

Petite pause je ne sais plus pourquoi.

LEL 193

Et nous arrivons frais et dispo à St Ives km (1300) vers 11h46 pour l'avant dernier contrôle.

Je pose le vélo à l'ombre pour ne pas faire trop chauffer les bidons.

LEL 194Avant dernier contrôle mais dernier contrôle avec un gros repas car le dernier ne servira qu'une collation.

Je ne sais plus ce que j'ai mangé mais je sais que j'ai bien bu car cela commence à chauffer de plus en plus et on devrait pouvoir parfaire le bronzage dans l'apm.

 

A ce contrôle je retrouve le gars de Poissy  (le collègue de Marcel).  Je l'avais déjà vu la veille à un contrôle. Ils se sont séparés avec Marcel car ils ne sont pas sur le même rythme (un rapide qui irait très bien dans le groupe de Flins et un diesel comme moi)  et ce n'est pas évident de s'accorder sur de telles distances.

 

Avant de repartir j'emprunte de la crème solaire à Denise car bien entendu je n'en ai pas pris. Déjà que d'ahitude j'oublie toujours d'en prendre je ne pensais vraiment pas que cela allait être nécessaire par ici.

Les prévisions météo sont exactes et on devrait avoir une belle après ensoleillée

 

On va donc repartir pour l'avant dernière étape qui sur le papier ne devrait pas poser de difficultés. Il ne reste plus que 73 + 45 km donc en gros la sortie du dimanche et cela devrait maintenant le faire sans grandes difficultés.

 

LEL 195La fine équipe repart plein d'entrain.

 

Je disais donc que sur le papier cela ne devrait pas poser de difficultés mais ce que le papier ne disait pas c'est

  • qu'il va faire vers les 35°
  • qu'on va faire l'étape dans l'apm donc au moment le plus chaud
  • qu'on n'aura pas de passages en forêt à l'ombre
  • qu'il va falloir trouver de quoi remplir les bidons régulièrement
  • que le vent va se lever
  • qu'on va se prendre plein de coups de culs
  • et qu'il va nous falloir près de 5 heures pour faire 70km.

Dès les premiers km de l'étape Denise commence en effet à donner des signes de faiblesse. Sur les parties plates elle ne vient plus prendre de relais et dès que cela monte elle décroche de suite.

 

Plus on avance moins cela va pour elle  du coup l'ordre du groupe change un peu.

Keith est devant en abritant Vero et je reste derrière en abritant Denise

LEL 196Sur la photo c'etait une petite montée mais quand cela ne monte pas ce sont des lignes droites en plaine avec le vent de face. Pour le vent je m'attendais à pire et il est beaucoup moins méchant que celui mis au programme des brevets de Flins cette année. Les 150 derniers kms du 300 et les 300 premiers du 600 vent dans la tronche avec des pointes à

18km/h ont été une excellente préparation.

Même s'il y a eu pire le vent use quand même à petit feu pendant que le soleil continue de nous rotir. Au moins cela va faire sécher le contenu des sacoches qui était encore humides

 

Après le cardio et le GPS c'est le compteur qui vient de rendre l'âme à son tour. Depuis quelques jours il me disait que les piles de l'émetteur étaient faibles et maintenant c'est fini aussi de ce côté là.

Il faut donc y aller aux sensations lorsque Denise me dit de ne plus dépasser les 20km/h.

J'essaye de l'abriter au  mieux que je peux et comme je n'ai pas de rétroviseur il faut jeter constamment des coups d'oeil derrière pour voir si cela suit.

Avec les sorties de club, lorsqu'il y avait du monde donc pas comme ces dernières années, j'ai acquis une certaine expérience dans ce domaine en aidant les anciens en difficulté. Il faut  rouler très régulièrement surtout sans à coups en se mettant au rythme de la personne en difficulté pour qu'elle se refasse la cerise tranquillement. Si on essaye de lui imposer un autre rythme cela lâche de suite.

 

D'un seul coup on commence à voir des images identiques à PBP.

LEL 197Les points d'ombre sont pris d'assaut pour la sieste.

Je vais d'ailleurs rapidement apprendre un nouveau mot à mon vocabulaire anglais.

"stop in the shade"

On va faire notre première pause à l'ombre quelques centaines de km plus loin pour faire refroidir les moteurs.

 

On va ainsi avancer de point d'ombre en point d'ombre.

LEL 198LEL 199Pour le malheur de Denise c'est plein de coups de culs entre 8 et 10%

LEL 200Et quand cela monte comme cela je ne peux pas grand chose pour elle. Je pars un peu devant pour lui laisser un peu d'air en restant dans le coin pour la remettre à l'abri dès le sommet.

 

Sur cette étape on ne va pas arrêter de se faire doubler par 2 français de l'US metro donc un à grandes moustaches. A un moment on plaisante et ils trouvent qu'il n'y a pas trop de pub dans le coin car ils sont à la recherche de bière fraiche

Je vais les voir s'arrêter à un restau alors que nous nous arrêterons juste après car une épicerie très bien placée est en train de se faire dévaliser par les participants.

LEL 201Je laisserai ma part de glace, je n'aime pas cela, et je me contenterai de 2 bouteilles d'eau. Une ingurgitée de suite et une autre dans un bidon. Le deuxième bidon d'eau chaude me servant désormais de liquide de refroidissement pour la tête.

Un peu plus loin une des saloperies rencontrées sur la route.

LEL 203Je dis saloperie car le sommet de ce truc finira à 12%.

Au passage tout le monde a bien respecté le code de la route en roulant parfaitement à droite

Malgré les 12% et son état de fatigue Denise montera tous les trucs en vélo et avec la tronche.

 

De l'autre côté c'est la beauce anglaise.

LEL 205

Puis un peu d'ombre dans un coup de cul.

LEL 206

 

On fera un arrêt dans un pub à un endroit pour remplir les bidons et les 4 gars au bars (avec 8 pintes pleines me faisant envie sur le comptoir) auront du mal à nous croire lorsque Denise leur raconte notre petite promenade.

 

Et une petite maison avec la pelouse impeccable.

LEL 207LEL 208Un des rares clochers pointus

LEL 209On va finalement arriver au contrôle en même temps que les gars de l'US metro qui bien que roulant beaucoup plus vite nous ont quand même doublé 3 ou 4 fois.

Du coup je leur ai demandé s'ils se perdaient en route mais un des deux m'a montré une boite de bière fraiche en réponse

Je vide le bidon sur ma tête et je vais pointer à 17h38.

LEL 210A ce contrôle c'est une collation et je vais commencer par un paquet de chips. Le salé à ce moment est finalement très bien.

En lisant le forum en rentrant j'apprendrai que Stephane a demandé une bière aux bénévoles et qu'il en a eu une alors que je n'ai même pas penser à demander

Un marchand de glace ambulant va venir se garer juste à côté du contrôle et faire le plaisir de plein de monde.

Pour ma part je me contente du régime bananes et gateau apéritif salé.

Keith m'indiquera que Denise veut faire un arrêt d'au moins une heure et me demande quand je repars. Je lui dit que je vais attendre pendant qu'elle dort sur un des matelas à disposition. Après tous ces kms ensembles on ne vas pas la laisser là au dernier contrôle et en plus on est complémentaire. Je sers d'abris et je ne m'éloigne pas trop devant car comme elle à un GPS en état de fonctionnement j'entend les consignes à chaque changement de direction "droiite" "gauuche" 

Du coup Vero va aussi s'installer sur un matelas et comme il faut que je m'occupe j'ouvre un paquet de chips qui passait par là puis je vais gouter des toasts qu'une bénévole vient de ramener de la cuisine

A un moment un gars nous demande quelque chose et comme Vero ne comprend pas il parle en français mais il n'arrive pas à trouver la traduction d'un mot. Donc je lui demande de recommencer en anglais et tout va mieux.

Il voulait savoir comment était la dernière étape et s'il y avait des côtes (c'est climb qu'il n'arrivait pas à traduire).

Tout cela pour que je lui répond" "I dont't know" car je n'en ai aucune idée.

Du coup il me propose un paquet de chips mais je lui signale que j'en ai déjà pris 3, sans compter les chips dans les assiettes, et que j'arrête

Sa tête me dit quelque chose et je m'en rapellerai à l'arrivée lorsque ses copains iront l'acceuillir.

C'est un de mes voisins de camping

Nous voila reparti pour la dernière étape qui s'avérera être fléchée sur tout le parcours.

Finalement cette étape de 45km sera beaucoup plus facile. Le vent est tombé et il fait beaucoup moins chaud. Je ne me suis même pas aperçu qu'il y avait plus de bosses et même Denise va mieux avec la baisse de la température. 

Le compteur est même reparti donc il n'y a pas que les anglais qui ont du mal avec la chaleur mais l'electronique aussi.

Pas de photo sur cette dernière étape où nous arriverons à la tombée de la nuit.

Je n'ai pas fait exprès mais j'arrive à 21h35 comme sur PBP

 

Tous les tampons sont là sauf le dernier mais c'est normal car je n'ai pas encore rendu ma carte de route.

LEL 212LEL 211

Dernière galerie de portrait

LEL 213Petit bémol et défaut d'organisation à l'arrivée car il n'y a pas de bière

C'est d'ailleurs une des premières choses que dira Denise à son interlocuteur au telephone  et après je n'ai plus rien compris maisje ne cherchais pas à écouter.

 

La dream team

LEL 214Stépane n'est pas sur la photo. Il nous a attendu jusqu'à 21h00 et en ce moment il est au pub avec Phil35 et d'autres rubans blancs

 

Bilan

Ce fut une super randonnée que je recommande à tous les adeptes des longues distances et aux futurs adeptes.

Paysages exceptionnels, météo assez correcte par rapport au cr de cricri, organisation parfaite, état des routes un peu moins mais c'est peut être du au fait qu'on est finalement habitué aux bons revetements de France, très bonne ambiance.

D'un point de vue physique c'est comme sur PBP c'est à dire "même pas mal". Il faut croire que je suis fait pour les longues distances car plus c'est long et mieux je suis

Et dire que j'ai failli tout plaquer et rendre mon insciption à l'organisation au petit matin du 400 de Flins lorsque j'étais encore collé à la route comme sur toutes les sorties jusque là. J'ai bien fait d'attendre le 600 pour me décider et comme c'était plus long et qu'on a commencé par 300km de vent de face cela m'a mis en forme

 

Merci aux encouragements sur les différents forums et j'espère que ces quelques lignes de cr auront permis à quelqu'un de mordre à l'hameçon et de venir essayer les longues distances. Vous verrez c'est en fait beaucoup plus facile que l'on ne croit. Il suffit de trouver son rythme de croisière et une fois qu'on l'a on ne fatigue plus. Il n'y a plus qu'à manger et boire pour mettre de l'essence dans le moteur et celà avance tout seul.


bilan

 

Il manque en gros une centaine de kms donc je vais être obligé de recommencer dans 4 ans.

telem1

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S

Je me suis aussi posé la question en arrivant à Kirton le mercredi soir (à 21h15 environ), pousser ou non jusque St-Yves pour esquiver le bout de plat venteux ? (ca fait une journée à 380km si on
continue). En partant à 3h00 de Kirton, nous avons fait le bout de plat de nuit.


C'est d'ailleurs la nuit d'avant que j'ai pu me reposer beaucoup. J'ai du être à Bernard Castle pour 22h15.


 


Pour la bière, je dois faire parti des rares qui ont eu une bière à un pointage. A Great Easton, et offert par l'organisation


 
Répondre
S

Je viens seulement de lire ton compte rendu. Cela se lit bien, me rapelle des souvenirs. Tu as d'ailleurs beaucoup de photos, que qui est appréciable.


En tout cas, la Dénise, quel phénomène !
Répondre
B


Mieux vaut tard que jamais



T

Je viens seulement de lire tout le reportage. Il ne manque pas beaucoup de détails.


Un truc amusant : j'ai roulé avec la même Denise (la suédoise ) sur le retour de PBP 2011, entre Tinténiac et Gorron
et elle m'a raconté son LEL 2009.


Quoique la "mienne" ne venait pas de Manchester mais de Northampton (l'un de nous n'a pas compris ou elle a déménagé) et elle était 3 ans plus jeune
Répondre
B


J'ai quand même oublié pas mal de trucs auquels j'avais pensé en cours de route.


Si j'avais su que tu connaissais Denise je lui aurai donné de tes nouvelles


 


 



N

superbe reportage et superbe exploit!
Répondre
B


Le cr a été plus dur à terminer que sur le terrain



C

Respect.... c'est énorme ce que tu as fait. La relative facilité avec laquelle tu as bouclé cette sortie XXXXXL n'enlève rien à ton succès au contraire. Tu connais visiblement très bien ces
distances, et tu digères tout ça très bien.... quel CV cyclotouriste !!!!
Répondre
B


Ma connaissance de ces distances est quand même limitée car à part PBP je n'ai jamais dépassé les 600km donc à peine la moitié.


Quand tu t'y mettra tu verras que si tu connais bien ton rythme de croisère dans lequel tu ne conommes pas trop d'énergie c'estpasdurlevélo



C

bravo bravo bravo bravo


 


à toi, à Véro, à Denise, à Keith et à tous ceux qui ont participé même s'ils n'ont pas fini... Tu as réalisé quelque chose de grand que nous avons vécu par procuration avec une émotion non
dissimulée


 


Repose toi bien et merci pour ces récits que je relirai dans 4 ans... avant d'y retourner probablement
Répondre
B


Si on se retrouve tous les 2 là bas dans 4 ans cela me va très bien



C

Un superbe reportage, pour une bien belle randonnée. Belles photos et beaucoup d'humour dans tes commentaires. Quel courage pour se lancer sur une distance aussi importante. Contrairement à ce
que tu écris, je ne m'y vois absolument pas. Tu ne m'auras pas transmis ton virus. Rouler de nuit, dormir seulement quelques heures... pas pour moi. En plus il faut savoir parler anglais... Pas
grave. Mais bravo à toi, pour avoir eu le courage de te lancer dans cette aventure et avoir réussi à la boucler, même s'il te manque quelques kilomètres...
Répondre
B


Ce n'est jamais que quelques sorties de 80km qui s'enchainent avec un repas à la fin.


Et pas la peine de parler anglais pour se faire comprendre dans ce genre de randonnées.